Comment fonctionne la cigarette e-liquid ?

Comment fonctionne la cigarette e-liquid ?

La cigarette électronique pour arrêter de fumer, il n’y a pas mieux. Sur le marché aujourd’hui vous pouvez trouver de nombreux modèles qui se vendent avec des cartouches pré-remplies. Mais saviez-vous qu’il était également possible d’acheter des cartouches vides que vous pouvez vous-même remplir chez vous ? Et oui, de nombreux sites en vendent, vous les achetez et ensuite vous n’avez qu’à les remplir avec du e-liquid.

L’utilisation du e-liquid seul

Acheter des cartouches vides et les remplir soit même avec de l’e-liquid est surtout plus économique. Il vous est même possible de vous passer de cartouche et d’utiliser directement l’e-liquid avec l’embout vide qui vous ait livré d’origine sur les atomiseurs. On appelle communément cette technique le « drip smoking » ou « dry smoking ». Elle consiste à faire couler 2 ou 3 gouttes d’e-liquid directement sur la tresse de l’atomiseur de votre cigarette électronique. C’est une technique qui peut être particulièrement intéressante lorsque le transfert du e-liquid vers l’atomiseur n’est pas assuré convenablement par vos cartouches. On peut même obtenir de bien meilleurs volumes de vapeur en utilisant le dry smoking sur certains modèles de cigarette électronique PEN (en particulier la Janty KISSBOX Classic).

Les caractéristiques du e-liquid

Si l’utilisation directe de l’e-liquid sur l’atomiseur de votre cigarette électronique a des avantages, c’est une technique qui présente aussi quelques inconvénients comme l’encrassement beaucoup plus rapide de l’atomiseur à cause du contact direct avec l’e-liquid. Ce qui finit par mettre fin à la durée de vie de l’atomiseur avec la formation à la longue d’un bloc noir calcifié. Par ailleurs, il faut noter que sur le marché le e-liquid qu’on trouve dans les cartouches vendues pré-remplies a la même composition que celui qu’on vend seul en fioles de 50, 30 ou 10 ml. Cette composition peut néanmoins varier d’un fabricant à un autre, mais on retrouve certains composants communs comme le Propylène glycol (PG) qu’on utilise en général pour stimuler la production du « brouillard ». C’est un composant non toxique qu’on utilise très souvent dans l’industrie cosmétique, pharmaceutique et agro-alimentaire. Il est parfois remplacé par certains fabricants par de la glycérine végétale (VG) ou du Poly Ethylène Glycol (PEG400).

Comments are closed.