Bonne nouvelle pour les vapoteurs : L’e-cigarette est toujours en vente libre

Bonne nouvelle pour les vapoteurs : L’e-cigarette est toujours en vente libre

Les cigarettes électroniques demeureront en vente libre. C’est ce que le Parlement européen a tranché après un vote, qui s’est tenu à Strasbourg, le mardi 8 octobre 2013. La plupart des eurodéputés se sont, en effet, prononcés contre un remaniement dont l’objectif était de conférer le statut de produit médicamenteux à ce type de cigarette, afin d’en réduire la commercialisation. Jusqu’à nouvel ordre, la cigarette électronique sera donc toujours considérée tel un produit dérivé du tabac.

Les réfractaires

La majeure partie des élus de droite, incluant notamment les membres du Parti populaire européen, des eurosceptiques conservateurs et des libéraux, ont voté contre cette mesure qui a été votée par les écologistes et les socialistes. Ces e-cigarettes, dont l’effet sur la santé est sujet à polémique, seront prohibées auprès des mineurs. Leur publicité sera également interdite. En outre, la liste de leurs éléments constitutifs devra être dévoilée au grand public.

 

Un temps de transition durant huit années

Mis à part le sort destiné à la cigarette électronique, la directive se fixe également comme objectif d’encadrer de manière plus drastique l’utilisation des produits tabagiques dans le but de les rendre moins captivants, en particulier auprès des jeunes. A la suite d’une grande campagne de lobbying effectuée par les industriels du domaine, les eurodéputés ont pris la décision de prohiber l’usage des arômes, à l’instar du menthol, tel que cela a été suggéré par la Commission européenne. Par contre, aucune interdiction n’a touché les cigarettes fines, également appelées « slims ». Il a tout de même été prévu une période de transition d’une durée de huit ans, sur recommandation de la droite européenne.

Plus de dissuasion !

Surgeon_General's_warning_cigarettes[1]D’autre part, les eurodéputés se sont accordés pour que les messages de mise en garde antitabac aient une meilleure visibilité. Ainsi, ils devront recouvrir 65 % de la surface des paquets de cigarettes, moins que les 75 % proposés au départ, et seront apposés sur la partie haute des paquets.

Exposée avant la période estivale, la directive était amenée au Parlement par l’eurodéputée travailliste Linda McAvan, meneuse des antitabac. Un dépôt de plus de 300 amendements a été comptabilisé. Peu importe leurs véritables positions, les eurodéputés se sont convenus de mettre le texte en vigueur le 8 octobre pour que ce dernier ne soit pas renvoyé à l’issue des votes européens de mai 2014, tel que les concepteurs de tabac l’ont énoncé et sollicité dans le cadre d’une grande campagne.

 

Soucieux, seize ministres de la santé parmi les 28 pays appartenant à l’Union européenne, avec notamment Marisol Touraine pour l’hexagone, ont émis le 4 octobre 2013 un appel au Parlement afin que l’ensemble des institutions de l’Union Européenne soient en accord sur une nouvelle règle antitabac, avant la fin de l’année.

 

Comments are closed.